Ouvert au mois de mai, mais en projet depuis quelques temps déjà, l’atelier vidéo de l’ESAT de Sélestat, est le premier à voir le jour en France.

Eric Simon, moniteur-encadrant, initie 4 à 5 travailleurs par semaine. Un rôle qui lui sied. Depuis plus de 10 ans, il accompagne les travailleurs à la réalisation de court-métrage pour le festival Regards Croisés, de l’écriture du scénario jusqu’au montage. 11 participations et déjà 8 prix décrochés, les travailleurs ayant ainsi montré l’étendue de leur talent, c’était une évidence, un atelier vidéo devait naître.

Toutes les semaines ce sont d’autres personnes qui intègrent l’atelier afin de découvrir et s’essayer au montage vidéo. Eric Simon est en pleine phase de constitution de son équipe. Son objectif : dénicher les talents, trouver les personnes ayant une âme créative. Florian, est le premier à travailler à plein temps à l’atelier. La vidéo c’est son truc, il a d’ailleurs travaillé sur le montage d’un court-métrage pour le Festival Regards Croisés. « C’est un poisson dans l’eau » commente Eric Simon, « il a une culture de l’image ». A terme, le moniteur aura une équipe dédiée à l’atelier, en laissant un poste de montage de libre pour celles et ceux qui souhaiteraient s’initier ou travailler sur un projet ponctuellement.

Pour beaucoup, venir à cet atelier, c’est la découverte des logiciels de montage et d’animation et surtout la découverte d’un monde créatif. Gwladys a voulu « voir ce que c’était » mais dès la première journée, s’est aperçue que c’est compliqué de choisir des plans et de savoir où les placer. « Est-ce que pour toi ce plan est long ou pas assez long ? » demande Eric à Gwladys. Le montage est un travail qui demande de la réflexion. Les rushs, la time-line, la superposition d’images, des termes que les travailleurs vont apprendre à connaitre. Il faut du temps pour tout assimiler. Et là-dessus Eric ne transige pas, il ne faut pas baisser les bras tout de suite, pour y arriver il faut prendre le temps d’apprendre et surtout prendre du plaisir à faire ce que l’on fait.


Réaliser un reportage ou un film d’animation demande de la concentration et de la créativité. Pour les travailleurs, ce n’est pas habituel. En général à l’ESAT, ils sont sur un même poste et font des gestes répétitifs. Cet atelier, c’est une ouverture sur eux-mêmes. « Sur un montage, je leur demande de réfléchir à une intro et à une fin. Je les fais sortir de leur carcan », Eric Simon ne cherche pas à mettre les travailleurs en difficulté, « ce côté créatif ils l’ont mais bien souvent ils l’ont oublié. »

Maeva travaille habituellement à l’ESAT de Rothau où elle fait du conditionnement et du self mais cette semaine elle a demandé à rejoindre l’atelier vidéo. Maeva a déjà participé à Regards Croisés ; le principe du montage, elle connait et ça lui plait, « je m’intéresse au cinéma, et c’est bien de voir autre chose » commente la jeune fille.

Les travailleurs doivent être autonomes, en aucun cas Eric Simon ne fait à leur place. Oser, savoir oser, c’est l’objectif que leur fixe le moniteur.  En somme prendre les rênes en main, et s’autodéterminer.

20 000€ ont été alloués pour créer cet atelier vidéo avec l’équipement nécessaire, des ordinateurs Mac et une caméra Black Magic. Une subvention de 3000 € a été accordée à l’atelier par l’association Hyppocampe organisatrice du Festival Regards Croisés.

En plus du montage, les travailleurs filment. Ils assurent la pleine réalisation d’une vidéo. Après avoir terminé le montage pour l’association des Châteaux Forts d’Alsace, Florian et Maeva travaillent sur celui d’un film d’animation qui explique le règlement de fonctionnement de l’ESAT. Les demandes pour la réalisation de films viennent d’association ou d’entreprise extérieures mais aussi en interne. « Aujourd’hui, l’atelier est équipé pour réaliser tout type de support vidéo, documentaire, publicité, communication. Nous sommes également capables de faire de l’animation. » précise Eric Simon.

« Nous avons trois grands projets pour le moment » note Eric Simon : L’AGF nous a demandé de réaliser un support de communication avec de l’animation. Pour l’AAPEI Alsace Bossue nous réalisons un film de communication. Et l’association des Châteaux forts d’Alsace nous a commandé un film sur le château d’Andlau.

Eric Simon aimerait aussi ouvrir son atelier aux autres établissements de l’APBA. Ces derniers pourraient solliciter l’atelier vidéo sur des projets ponctuels. Un travailleur viendrait alors dans l’établissement pour former les personnes à l’utilisation de la caméra. Puis dans un second temps, le personnel ou les usagers de l’établissement viendraient à Sélestat pour réaliser le montage, avec l’aide des travailleurs de l’atelier.

Contact :
Eric SIMON
Tel : 03 88 82 12 22
Email : esatsel.ateliervideo@adapeipapillonsblancs.alsace